Libreria ASEQ - Via dei Sediari, 10 • 00186 Roma - Email: info@aseq.it - Tel. 06 6868400

Un Envoyé de la Loge Blanche BÔ YIN RÂ de la Teshu Maru au Grand Orient de Patmos

di
Editore: Arché
Prezzo: € 32,00

Informazioni: Avec un document inédit traduit de l’allemand Le Livre des Rituels de l’E. B. D. A. R. - pp. 224, ill., Milano 2004.
Stampato: 2004-01-01
Codice: 978887252254

Autore di decine di opere, per la maggior parte tradotte in francese (e delle quali una soltanto – Il libro del Dio vivente – è stata tradotta in italiano), il pittore tedesco Joseph Anton Schneiderfranken (25.11.1876-14.02.1943), iniziato dai “Maestri della Loggia Bianca” o “Radiosi di Luce Originaria” che gli diedero il nome di Bô Yin Râ, esercitò nel corso del XX secolo – e fino ad oggi – una notevole influenza in Germania e nell’Europa dell’Est. Negli anni ’30 i suoi editori tedeschi annunciavano che il numero dei suoi lettori superava il milione. Perché questo personaggio ci interessa particolarmente? Secondo una lettera di René Guénon a Julius Evola, il pittore, « collegato ad un’organizzazione piuttosto singolare la cui sede era dalle parti del Turkestan », gli fu presentato come « l’unico Europeo che ne facesse parte ». Lo Swami Narad Mani, uno degli informatori di Guénon, identifica questa organizzazione nella « Massoneria indù dei “Teshu Maru”», specie di “copertura” di un importante centro spirituale: l’Agarttha; al vertice di tale “Massoneria” si troverebbe il Dalai Lama. Per Paul Chacornac si tratta di un’organizzazione « mongola ». Questi gli elementi più noti del problema. Il presente lavoro, frutto di una ricerca approfondita, offre una documentazione ricchissima – e in gran parte inedita – che consente nuovi chiarimenti e tiene conto di certe “fonti” quasi sconosciute di René Guénon. Esso affronta, tra l’altro: la critica al Teosofismo e a Madame Blavatsky; i Maestri di Bô Yin Râ (numerose informazioni sono fornite dall’interessato); l’incontro con Gustav Meyrink; Paul Sédir, la Venere Magica e l’Hermetic Brotherhood of Luxor; il Maestro Philippe di Lione; gli esercizi di Rudolf von Sebottendorf; il dottor Émile Dreyfus e il Grande Oriente di Patmos. Alexandre de Dánann presenta inoltre un documento inedito di grandissimo interesse, tradotto dal tedesco originale: Il Libro dei Rituali, contenente i riti operativi di un’organizzazione a pretesa iniziatica fondata da Bô Yin Râ: l’E.B.D.A.R., più nota con il nome di Grande Oriente di Patmos. Si può supporre che gli insegnamenti ricevuti dai maestri Teshu Maru siano parzialmente confluiti in quella che il suo creatore definì « una confraternita esclusivamente maschile per l’Opera di Edificazione Sacra ». Il libro comprende anche un articolo del dottor Émile Dreyfus, con lo pseudonimo di Patrodès, apparso nel 1928 sulla rivista Le Symbolisme. Auteur de dizaines de volumes, pour la plupart traduits en français, le peintre allemand Joseph Anton Schneiderfranken (25.11.1876-14.02.1943), initié par des “Maîtres de la Loge Blanche” ou “Rayonnants de la Lumière Originelle” qui lui donnèrent le nom de Bô Yin Râ, exerça tout au long du XXe siècle – et jusqu’à aujourd’hui – une influence remarquable en Allemagne et en Europe de l’Est. Dans les années 30, ses éditeurs allemands annonçaient que le nombre des ses lecteurs dépassait le million. Pourquoi ce personnage nous intéresse-t-il particulièrement ? D’après une lettre de René Guénon à Julius Evola, le peintre, « rattaché à une organisation assez singulière ayant son siège du côté du Turkestan », lui fut présenté comme « le seul européen qui en faisait partie ». Le Swami Narad Mani, un des informateurs de Guénon, identifie cette organisation comme la « Maçonnerie hindoue des “Taychoux Maroux” », sorte de “couverture” d’un centre spirituel important : l’Agarttha ; au sommet de cette “maçonnerie” se trouverait le Dalaï Lama. Pour Paul Chacornac, c’est une organisation « mongole ». Ce sont là les éléments les plus connus sur la question. Le présent ouvrage, fruit d’une recherche approfondie, fournit une documentation très riche – et en grande partie inédite – permettant de nouveaux éclaircissements et faisant état de certaines “sources” presque inconnues de René Guénon. Il aborde entre autres questions : la critique du Théosophisme et de Madame Blavatsky ; les Maîtres de Bô Yin Râ (de nombreux renseignements sont fournis par l’intéressé) ; la rencontre avec Gustav Meyrink ; Paul Sédir, la Vénus Magique et l’Hermetic Brotherhood of Luxor ; Maître Philippe de Lyon ; les exercices de Rudolf von Sebottendorf ; le docteur Émile Dreyfus et le Grand Orient de Patmos. Alexandre de Dánann présente également un document inédit de très grand intérêt, traduit de l’original allemand : le Livre des Rituels, contenant les rituels opératifs d’une organisation à prétention initiatique fondée par Bô Yin Râ, l’E.B.D.A.R., mieux connue sous le nom de Grand Orient de Patmos. Définie par son créateur comme « une confrérie exclusivement masculine pour l’Œuvre d’Édification Sacrée », on peut supposer que les enseignements reçus de ses maîtres Taychoux Maroux y confluèrent en partie. Le livre comprend aussi un article du docteur Émile Dreyfus, sous le pseudonyme de Patrodès, paru en 1928 dans la revue Le Symbolisme.

Il volume è disponibile

Aggiungi al carrello - Add to Cart Modalità di acquisto Torna alla pagina dei risultati

Libreria ASEQ s.r.l. - Via dei Sediari, 10 - 00186 Roma - Tel. 06 6868400 - Partita IVA 08443041002